Les différentes causes de fuites de toit

Une toiture en mauvais état ? C’est la porte ouverte à l’ennemie majeure de votre habitation, en l’occurrence, l’humidité pénétrante ! Plusieurs raisons peuvent être la cause d’une fuite dans la couverture, parmi lesquelles on trouve :

  • une ou plusieurs tuiles fendues ou cassées ;
  • un toit plat, dont l’évacuation des eaux pluviales ne s’effectue pas correctement ;
  • des gouttières encombrées par un excès de feuilles mortes ;
  • le solin (ou bardage de la cheminée extérieure) endommagé, etc.

    Diverses causes des fuites de toit

Lorsqu’il s’agit d’une toiture en pente, il est parfois difficile de localiser précisément la fuite. En effet, entre l’endroit où l’eau s’infiltre, et celui où l’humidité se manifeste, l’espace peut être important ! En revanche, si votre maison est équipée d’une toiture plate, le problème est complètement différent. Plat en apparence, le revêtement d’une telle toiture présente en fait, une pente très légère. Ceci, en vue de faire ruisseler l’eau de pluie vers les avaloirs, nécessaires pour une évacuation optimale de l’élément liquide.
Si l’eau stagne en quantité trop importante, c’est peut-être le signe d’un avaloir bouché… ou d’une pente insuffisante (malfaçon dans la construction du toit). Conséquence : le toit plat est conduit à supporter le poids de l’eau stagnante, la formation de mousses (ou autres parasites végétaux), les effets du gel et du dégel, etc. Autant d’exemples concrets, qui peuvent provoquer des dégâts dans les matériaux qui recouvrent votre toit-terrasse, et par conséquent, des fuites.

Fuites de toit : quid des conséquences ?

Souvent, on ne se rend compte de la présence d’une fuite d’eau, qu’au moment où des taches apparaissent au plafond, ou sur les murs de l’habitation. Pas de panique, cela ne signifie pas que c’est irréparable ! Néanmoins, des taches d’humidité sont le signe que l’eau a déjà causé du mal au niveau de la toiture. Il convient donc de ne pas attendre davantage, et de contacter un professionnel (couvreur-zingueur, charpentier) qui se chargera de détecter le point d’entrée de l’eau, d’évaluer l’étendue des dégâts, et d’établir un devis préalable aux réparations requises.
En l’absence d’intervention, l’humidité va se répandre progressivement dans les murs. On parle alors de phénomène capillaire, quoique ce terme soit davantage employé lorsque l’humidité remonte par le sol. De là, les murs finiront par se fissurer, voire se lézarder franchement, des moisissures vont apparaître, accompagnées de leur odeur caractéristique, entre autres désagréments.
Au niveau du toit, la charpente va absorber, petit à petit, l’eau à mesure qu’elle s’infiltre. Le bois, miné par l’humidité, va pourrir doucement mais inexorablement… jusqu’au jour où la charpente s’effondrera, entraînant la couverture de tuiles avec elle !
Mais bien avant cette phase finale, vous aurez le temps de voir votre santé se dégrader (habitation insalubre oblige), et de vous ruiner en chauffage : l’isolation thermique, rendue inefficace, se traduira par de considérables pertes énergétiques. Veillez donc à inspecter régulièrement votre toiture, afin de vérifier le bon état des tuiles. Prendre le mal à la racine vous évitera bien des frais importants.

Le guide à suivre pour nettoyer sa toiture.